ANSELMIARTE.IT

Vai ai contenuti

Menu principale:

FRANCAIS

LANGUAGES

Extrait de " I giudizi di Sgarbi "

Critique :

Franco Anselmi est un artiste doué de deux grandes qualités : une préciosité certaine dans la pose des couleurs et une veine ludique apportant gaieté et amusement. Chez lui, la pose de la couleur n'est pas un geste quelconque, mais le résultat d'une instinctivité prévoyante, d'une capacité de projet qui laisse toutefois libre cours à l'inspiration du moment. L'art contemporain justifie trop souvent sa raison d'être par la diffusion de messages engagés. Franco Anselmi, bien au contraire, nous transmet toute la joie sérieuse de l'enfance grâce à sa capacité d'évoquer des images venant tout droit des contes de fées et de concrétiser les rêves.
Franco Anselmi est un peintre qui se distingue sur la scène contemporaine par son refus courageux de se laisser tenter par la philosophie ou la sociologie, comme trop de ses collègues. Ses tableaux nous conduisent dans un monde animal peuplé de chats guerriers cocasses, de minets borgnes un peu ivres devant une bouteille qui les aide à noyer dieu sait quel chagrin, ou encore de chouettes et de hiboux enjoués et inoffensifs. Le zoo amusant de Franco Anselmi a pour personnages des animaux gros sans être grossiers, tels que les éléphants, auxquels s'opposent des chevaux qui semblent un peu fous. Cet univers est également peuplé de jongleurs moustachus, style années trente, de dames aux chapeaux et même de Vierges à l'enfant, qui s'entremêlent dans un imaginaire pseudo-cubiste. Franco Anselmi est un poète du quotidien ; il observe le monde qui l'entoure et finit par le récrire d'une manière poétique, comme s'il récapitulait au fond de lui-même, pour la première fois, l'alphabet de la vie.
Que ce soit par le biais d'animaux ou de jongleurs plongés dans un paysage impossible, Franco Anselmi parvient à nous entraîner par la main et avec agrément dans un monde  bidimensionnel et extrêmement coloré. La caractéristique commune aux représentations humaines et animales de cet artiste est d'avoir presque toujours un seul œil, une semi-cécité à laquelle n'échappent guère que les hiboux, peut-être en vertu du fait qu'ils vivent la nuit et sont donc plus proches du monde onirique.
Pour tous les autres - femmes, hommes, chevaux, chats, tortues ou iguanes - cet œil solitaire se veut un clin d'œil sympathique, tout en reflétant peut-être notre incapacité de distinguer le vrai du faux. Le monde de Franco Anselmi est un monde mystérieux et archaïque, capable de nous enchanter, dans ses petits bourgs moyenâgeux, silencieux et métaphysiques, où le féérique se mêle à l'historique. Ailleurs, l'artiste va même jusqu'à évoquer les traits saillants de l'Egypte ancienne et de la symbolique aztèque, ce qui rappelle, dans ces deux derniers cas, des pièces archéologiques. C'est par un assemblage de tous ces éléments que Franco Anselmi réussit à créer, sans la moindre agressivité, un décor généralement vif et explosif. Ses œuvres se développent sur un manque de profondeur spatiale bien entendu volontaire, qui naît d'une étude approfondie de l'art médiéval et de son espace non-perspectif et nous fait retrouver dans ses tableaux - au-delà de l'ironie évidente qui en ressort, comme pour nous avertir de ne pas le prendre trop au sérieux - une réinterprétation précise de l'art grotesque et une culture particulièrement ancrée dans la tradition italienne de la peinture à fresque d'avant la Renaissance. Le souvenir de l'art byzantin, en particulier, semble avoir en quelque sorte bloqué les images de Franco Anselmi, en congelant la gestualité des personnages qui y sont représentés. Fort d'une culture incontestable, cet artiste s'est aussi essayé à l'art du lointain Orient, dont s'inspirent certains de ses traits graphiques et calligraphiques. Dans cet horror vacui,  qui le conduit à ne pas laisser le moindre espace libre sur la surface à fresque de ses œuvres,  la profondeur et la vivacité des couleurs témoignent de la personnalité fascinante de cet artiste doté d'un talent manuel surprenant et d'une grande intelligence.

Vittorio Sgarbi
Extrait de " I giudizi di Sgarbi " aux éditions Mondadori

 
 
Torna ai contenuti | Torna al menu